Skip to main content
Voyages

Incredible India

By 16 mars 2019mars 18th, 2019No Comments

Mes premiers ressentis

On évoque très souvent l’Inde comme un véritable choc culturel ou encore un pays mystique.
Le savoir est une chose, le vivre en est définitivement une autre.

Je n’ai pas vraiment réalisé sur le moment mais ma première journée fut très intense émotionnellement : la pauvreté, le bruit, la foule, le regard des hommes, les enfants infirmes, l’environnement si chaotique… J’aurais bien aimé me faire toute petite mais impossible car les touristes semblent être d’étranges créatures pour les indiens, du moins à Delhi, où je suis arrivée.

Il m’a donc rapidement fallu m’habituer aux regards dévisageurs et insistants des indiens.

J’utilise le mot ” indiens” car un des premiers chocs en arrivant était également de constater qu’il n’y avait que des hommes dans la rue, à Delhi et Agra (ville du Taj Mahal).

Que ce soit dans les cafés, restaurants, boutiques de vêtements, auberges, ou tout simplement dans la rue, je me retrouvais régulièrement comme la seule femme aux alentours.

En tant qu’occidentale, cette situation peut être très déstabilisante, malaisante voire culpabilisante car, naturellement, nous avons l’impression de faire quelque chose de travers.

Et pourtant, ma tenue de voyageuse ressemblait vraiment plus à du camouflage, rien de provoquant et très peu de peau visible.

Concernant la suite de mon périple ; Varanasi et Rishikesh, la population y est beaucoup plus jeune (pas mal d’étudiants) et donc plus ouverte au monde, moins choquée de voir des occidentaux. Ils sont d’ailleurs habitués à échanger avec nous.

A Varanasi, j’ai également vu, à deux reprises, des femmes en train de conduire un scooter, une vraie exception là-bas ! Ce constat si banal en France m’a apporté tellement de joie dans ce contexte indien.

Concernant, la partie mystique également souvent évoquée, je pense l’expliquer par l’omniprésence des dieux (à compter par centaines) et donc des croyances particulièrement éloignées de notre monde occidental.

Les indiens sont ainsi fascinants, leur vie, leurs actions tournent autour des dieux.

Je crois que cela est vrai aussi dans l’autre sens, nous les fascinons par notre mode de vie.

Itinéraire

Delhi

Arrivée à Delhi où je suis restée 3 nuits et 2 jours.

J’ai séjourné dans une auberge de jeunesse dans le New Delhi.

Localisation pratique car à proximité de la gare et du métro mais le quartier n’est pas particulièrement plaisant.

Je passais donc mes journées à me balader plutôt dans le Old Delhi : la mosquée Jama Masjid, les nombreux marchés & échoppes de saris, bijoux, encens, épices (…) Beaucoup d’animation et de couleurs. Une deuxième mosquée, plus intime et gratuite, mérite également le détour près du marché aux épices.

Manque de chance par contre, le fort rouge était fermé lors de mon séjour. Je n’ai pu l’observer que de l’extérieur, ce qui était déjà impressionnant.

Agra

Passage obligatoire pour le Taj Mahal.

Ce stop était aussi pour moi l’occasion de tester le fameux train indien pour m’y rendre depuis Delhi.

Le trajet ne coûte qu’une bouchée de pain en “sleeping seat”, j’ai payé 230 roupies soit 2,8 euros, et encore il y avait moins cher !

A l’arrivée à la gare, le même cirque qu’à Delhi, les indiens nous empêchent de passer et essayent de nous embobiner “what is your hostel ? Oh this one got burned..Let me bring you to a nice place” (…) Leur stratagème consiste à t’emmener dans l’hostel où ils touchent des commissions quand bien même tu leur fournis l’adresse dans lequel tu as réservé.

Méfiance donc, les arnaques ne manquent pas.

En dehors du Taj Mahal (à faire au lever du soleil), la ville ne mérite pas franchement le détour et le moindre monument à visiter (baby Taj mahal, red fort) est payant. Par ma part, je me suis contentée d’un tour en rickshaw pour les voir.

Le centre n’est pas non plus très attrayant, j’ai été très souvent sollicitée par les rickshaws ce qui a malheureusement eu effet de m’embêter, d’être pesant.

Un jour donc suffit.

Varanasi

Enorme coup de coeur.

Première couronne de la ville très (trop?) animée, avec beaucoup de trafic mais dès que l’on arrive dans le vieux Varanasi, près du Gange, la ville prend un tout autre visage.

Un labyrinthe de petites rues aux façades destroyes mais bourrées de charme. Encore une fois, des couleurs partout, les vaches très souvent plus nombreuses que les piétons, les singes crapahutant de toit en toit, des boutiques de saris (différents de ceux de New Delhi), d’écharpes en cachemire, soie.. Chacun a de quoi trouver son bonheur.

Véritable lieu de pèlerinage, Varanasi est réputée pour ses cérémonies sur les ghats le long du Gange.

Chaque cérémonie se déroule sur un ghat précis. Le matin est plutôt destiné au lavement des corps dans le Gange, aux prières, à la méditation, au yoga au lever de soleil (..) tandis que l’on brûle les morts près du Gange le soir.

S’ensuivent des chants religieux, on dépose également de petites bougies dans le Gange.

Une ville spirituelle, très inspirante et relaxante, que je recommande à 2000%.

Rishikesh

Je m’attendais à arriver dans un petit village perdu dans les montagnes. Les majestueuses montagnes himalayennes sont toujours bien là mais le village est devenue une vaste ville !

Lieu natif du yoga, on comptait alors 4 écoles de yoga. Aujourd’hui, il en existe plus de 300, je vous laisse imaginer l’activité que cela à amener : guesthouse, restaurants, bars, cafés, ashram, lieu de pèlerinage mais aussi rafting, randonnées.

Cela n’empêche pas le lieu d’être propice à la méditation, au yoga, la relaxation, l’ayurveda, etc. Se (re)connecter avec son corps et son esprit est l’objectif de la plupart des touristes.

Moins impressionnantes qu’à Varanasi, les cérémonies du soir valent tout de même le détour. L’ambiance au bord du gange est unique, magique.

Rishikesh c’est aussi l’endroit parfait pour chiner des souvenirs : carnet, vêtements, pochettes, coussins, bijoux. Beaucoup de commerçants viennent avec leurs produits du Népal.

Enfin, à l’image de l’inde, vous déambulez dans les rues de rishikesh parmi les vaches et les singes mais aussi les babas !

Rishikesh, une étape à ne pas louper et idéale si vous souhaitez ensuite partir en trek au Népal.

Pour résumer

Ce que j’ai aimé

La nourriture savoureuse et si diverse, la culture du chai tea, la culture du bien être autour du yoga, de la méditation, de l’ayurveda, l’architecture colorée et chaleureuse, la beauté des saris, la présence des dieux, les marchands ambulants, leur faculté à cuisiner dans la rue avec trois fois rien (ça fait clairement relativiser sur notre société), la spiritualité.

Ce que j’ai moins aimé

Les selfies (ce concept me dépasse totalement), les sollicitations trop oppressantes, les regards des hommes, la difficulté à discerner la sincérité des indiens du leur “baratin pour touristes”, la pollution (je n’ai jamais vu le ciel bleu, une sorte de brouillard constant et des déchets partout).

Leave a Reply

yoga petit dej